Traitement esthétique des séquelles de brûlures

Traitement esthétique des séquelles de brûlures

La brûlure quelque soit la cause (flammes, eau bouillante, acide …) entraîne toujours une destruction plus ou moins étendue en épaisseur des couches cellulaires de la peau. La gravité d’une brûlure dépend de sa profondeur, de son étendue et de sa localisation. Le chirurgien établit alors avec son patient un schéma clair et cohérent de l’ensemble de la prise en charge, afin d’en comprendre les objectifs à atteindre, les contraintes et le temps nécessaire à leur réalisation.
Le traitement des séquelles de brûlures ne doit pas être entrepris avant un délai de 6 mois après la brûlure.

Le Laser CO2 :

Le laser CO2 est utilisé en médecine depuis plus de 25 ans pour les traitements cutanés. Quand un faisceau de lumière CO2 entre en contact avec l’épiderme, il chauffe, vaporise et élimine immédiatement les couches superficielles de la peau et les cicatrices en lissant la surface. Ce remodelage apparaît avec la formation d’un nouvel épiderme et l’augmentation de la production de collagène.
Dans certains cas, la vaporisation superficielle de la peau brûlée par le laser CO2, permet une amélioration de l’aspect de la peau.

Expansion cutanée :

L’expansion cutanée est une technique de chirurgie plastique qui a pour but d’augmenter la surface cutanée et de permettre ainsi la couverture d’une perte de substance.
Cette technique se pratique en 3 temps : la mise en place de l’expandeur sous la peau, son gonflage, puis le retrait de la prothèse avec l’utilisation de l’excédent cutané obtenu :
La technique est simple, mais sa réalisation très minutieuse.
Sous la peau saine, qui entoure un placard de peau brûlée que l’on doit enlever, on introduit une prothèse d’expansion tissulaire qui, sera gonflée progressivement de sérum physiologique par incision transcutanée à l’aiguille.
Les injections sont commencées trois semaines après l’implantation et sont habituellement hebdomadaires.
La durée du gonflage est en moyenne de 8 à 15 injections. Lors du 2ème temps opératoire, la prothèse est retirée, la peau brûlée excisée et le lambeau de peau saine expansée et en excès rabattu sur la surface à recouvrir (ou perte de substance).
Cette technique donne en conséquence de bons résultats sur certaines parties du corps.

Expansion-cutanée-01

 

La greffe de peau :

La greffe de peau consiste à prélever un fragment cutané (le greffon cutané) pour le mettre en place sur une zone receveuse. Il s’agit d’une autogreffe qui n’entraîne donc pas de risque de rejet.
Il existe différents type de greffe qui correspondent à l’épaisseur du greffon prélevé :
• Greffe de peau mince
• Greffe de peau semi-épaisse
• Greffe de peau totale
Chaque type possède ses avantages et ses inconvénients.
Plus la peau greffée est fine et meilleures sont les chances de succès. Plus la peau est épaisse, meilleur sera le résultat. La zone de prélèvement d’une greffe de peau mince ou semi-épaisse cicatrisera seule avec des pansements. Le site de prélèvement d’une greffe de peau totale devra être suturé.
La technique de greffe varie en fonction du type à réaliser :

greffe-de-peau

 

• Greffe de peau mince ou semi-épaisse : Le chirurgien utilise un dermatome, instrument équivalent à un rasoir dont le réglage permet de déterminer l’épaisseur de la greffe à prélever. Les sites de prélèvements sont multiples : les cuisses et les fesses sont les plus utilisés, mais il est possible de prélever le thorax, l’abdomen, le dos, et le cuir chevelu.

• Greffe de peau totale : La zone est prélevée au bistouri. La zone donneuse est fermée par des points de suture. Le fragment prélevé est ensuite dégraissé et mis en place. Les sites de prélèvements principaux sont l’aine, le cou, la face interne du bras, derrière l’oreille.