Pseudarthrose du scaphoïde

La pseudarthrose du scaphoïde est une des complications d’une fracture négligée ou passée inaperçue d’un petit os de la main appelé le scaphoïde.

Situé à cheval sur les 2 rangées des os du carpe, le scaphoïde joue en quelque sorte le rôle d’amortisseur lorsqu’un traumatisme survient le poignet en extension. En cas de choc important (au-delà de 95° d’extension), il survient une fracture du scaphoïde, qui, lorsqu’elle n’est pas recherchée systématiquement à l’examen et à la radiographie peut passer totalement inaperçue. Ce n’est que plusieurs mois, voire plusieurs années après le traumatisme initial que l’on découvre l’absence de cicatrisation du foyer de fracture (pseudarthrose), suite à l’apparition d’une douleur au niveau du poignet, d’une gêne lors de certains mouvements, d’une perte de force au niveau de la main, ou parfois à l’occasion d’un nouveau traumatisme du poignet.

Le risque majeur et inéluctable de la pseudarthrose est l’évolution vers l’arthrose du poignet dont la prise en charge est lourde, difficile et très invalidante pour des patients souvent jeunes. Il est donc nécessaire de toujours rechercher une fracture du scaphoïde devant un traumatisme du poignet, et en cas de fracture, confier le traitement à un chirurgien spécialiste.

Le diagnostic de la pseudarthrose est avant tout radiologique (radiographies standards et certains clichés spécifiques en cas de doute). L’IRM peut être utile à apprécier si la vascularisation du scaphoïde est conservée à l’extrémité de l’os, zone mal vascularisée du fait de caractéristiques anatomiques spécifiques au scaphoïde.

Les solutions thérapeutiques sont nombreuses, toutes ont pour objectif de faire disparaitre la douleur et prévenir l’apparition d’une arthrose du poignet. Le choix d’une technique par rapport à une autre dépend du type de pseudarthrose (la classification radiologique d’Alnot permet de différencier plusieurs stades), de l’existence d’une arthrose des os de la main associée, d’une nécrose du scaphoïde et des habitudes du chirurgien. Globalement, tant que l’arthrose ne s’est pas encore installée, il est possible de traiter la pseudarthrose par une greffe osseuse ou par simple vissage. En cas d’arthrose du poignet et donc de pseudarthrose évoluée, les solutions chirurgicales sont plus lourdes et consistent à fusionner certains os du carpe voir du poignet afin de rendre le poignet indolore mais au dépend de la mobilité et de la force de la main. Les implants prothétiques en silicone afin de remplacer l’os sont abandonnés du fait du nombre importants de complications qu’ils pouvaient occasionner.