Escarres

Une escarre est une lésion des tissus compris entre un os et une surface de contact (lit, fauteuil) survenant chez une personne ayant perdu sa mobilité. Il s’agit d’une complication fréquemment rencontrée chez le paralysé (hémiplégique, paraplégique) ou une personne alitée durant une longue période (coma, personne grabataire), en fait chaque fois que le reflexe automatique de changement de position est diminué ou aboli. La malnutrition, l’anémie, le diabète, l’infection, etc. sont autant de facteurs favorisants la survenue d’une escarre.

La compression prolongée entraine un arrêt de la circulation sanguine et la nécrose des tissus (mort des tissus). Les escarres peuvent survenir sur différentes régions, là où il existe un contact entre la peau et un plan d’appui : sacrum, talons, fesses, hanches, etc.

Il suffit de 3 heures pour qu’une escarre se constitue ; sous forme tout d’abord d’une rougeur persistante, si la compression du point d’appui se prolonge elle va petit à petit évoluer vers une nécrose de la peau, des muscles puis de l’os.

Comment prévenir les escarres ?

  • 1. Chez toute personne ayant perdu momentanément ou définitivement sa capacité de se mouvoir, la première règle est de penser à la survenue d’escarres.
  • 2. Rechercher le signe d’alarme : une rougeur au point d’appui, au moins deux fois par jours
  • 3. Utiliser un matelas adapté type « Cliniplot » ou lit fluidisé
  • 4. Attention aux matériels « anti-escarres » miracles !
  • 5. Masser quotidiennement les points de contact afin d’améliorer la circulation
  • 6. Changer la position très régulièrement (il suffit de 3h de contact sur un support non adapté pour que se forme une escarre)
  • 7. Garder une hygiène parfaite et un environnement sec

Que faire quand l’escarre s’est formée ?

  • 1. Décharger au maximum la région ou l’escarre s’est formée, en prenant garde de ne pas créer d’autres escarres par un changement de position aléatoire.
  • 2. Ne rien mettre sur l’escarre, laver quotidiennement à l’eau et au savon
  • 3. Prendre un avis spécialisé afin de mettre en place les mesures adaptées pour faciliter la cicatrisation et éventuellement envisager un geste chirurgical.

La prise en charge chirurgicale des escarres est une situation très compliquée pour le chirurgien plasticien, du fait du terrain souvent « à risque » du patient. Le traitement chirurgical ne peut se concevoir que chez un patient présentant un bon état général et une escarre propre. La prise en charge est longue et fastidieuse autant pour la famille que pour le chirurgien, et les récidives sont fréquentes. D’une façon générale, plus le patient est jeune et coopérant, plus les résultats d’une chirurgie sont bons. Les solutions chirurgicales sont nombreuses et dépendent essentiellement du siège de l’escarre, elles reposent principalement sur la réalisation d’un lambeau musculo-cutané qui permet de combler la zone nécrosée et d’apporter des tissus bien vascularisés. Un geste osseux associé peut parfois être nécessaire lorsque l’os a été atteint par le processus nécrotique. Une prise en charge globale reposant sur la kinésithérapie, le régime alimentaire hypercalorique et hyperprotidique, une antibiothérapie adaptée, la correction de tares éventuelles associées est systématique.