Brûlures de la main

Les brulures de la main peuvent être thermiques, chimiques ou électriques. Selon la profondeur de la brulure on distingue 3 degrés qui vont de la brulure superficielle : simple rougeur, guérissant en quelques jours sans aucune séquelle, à la brulure profonde qui nécessite une prise en charge spécialisée et laissant toujours des séquelles.

En cas de brulure, refroidissez la zone sous un robinet d’eau pendant environ 10 mn. Si la zone brulée est étendue, en cas de décollement de la peau (phlyctène) ou en cas de brulure profonde, consultez immédiatement un médecin.

Au niveau des mains, plus la durée de cicatrisation est longue, plus la récupération fonctionnelle est difficile d’où la nécessité d’une prise en charge adaptée. La place de la rééducation est fondamentale et en cas d’immobilisation, celle-ci doit se faire en bonne position respectant les spécificités fonctionnelles de la main.

Les séquelles de brulure sont malheureusement encore très fréquentes, elles concernent le plus souvent la peau et se manifestent sous différentes formes plus ou moins gênantes : troubles de la pigmentation, démangeaisons, hypersensibilité, cicatrice hypertrophique et chéloïde, brides et rétractions, cancer cutané après 10 ou 20 ans d’évolution. Elles peuvent également intéresser les tendons, les articulations ou les nerfs.

Le traitement des séquelles de brulures reposent sur trois piliers :

  • Le traitement médical comprenant l’utilisation de corticoïdes en pommade en cas de démangeaison ou injectables pour une cicatrice hypertrophique. Le port de vêtements compressifs et les plaques de gel de silicone permettent de lutter contre l’hypertrophie cicatricielle, les cures thermales dont les bénéfices sont multiples (souplesse et coloration de la peau)
  • La rééducation afin d’entretenir les mobilités articulaires
  • Le traitement chirurgical permet de traiter une bride rétractile et redonner de l’amplitude à une articulation. Les greffes de peau et les lambeaux lorsqu’il est nécessaire de réaliser un apport de tissus sains. Au niveau de la main, il est fréquent de constater la formation d’une bride rétractile en flexion, limitant l’extension d’un ou de plusieurs doigts ou la formation d’une palmure cutanée au niveau des commissures à la fois inesthétique et gênante sur le plan fonctionnel. La réalisation de plasties cutanées ou de petits lambeaux, en un ou plusieurs temps selon le nombre de doigts atteints, permet de redonner une fonction satisfaisante à la main.